Babybook.ch
Mercredi, le 26 Avril 2017

Enfant

Loisirs

Que ont-ils devenus ? Kelsy une vie chargée à bloc voir la presse

Que ont-ils devenus ? Kelsy une vie chargée à bloc voir la presse, article Babybook
Photo Making Of de Kelsy lors du shooting Babybook KidsFashion Magazine Printemps/Eté 2015 à Marrakech

Il y a une vie après une séance de photos de mode pour Babybook. Et elle est même trépidante. Nous avons retrouvé Kelsy, la petite Valaisanne en vedette dans notre dernier numéro. Devenue en même temps petite princesse et "pro" du casting.

L'équipe de Babybook se souvient très bien de la jolie petite fille qui s'est présentée à elle pour le casting, à la foire du Valais, en octobre 2014. « Un peu timide au début, j'ai vu, dès qu'elle a été à l'aise, qu'elle avait une facilité à poser », raconte le photographe qui réalisait les premiers clichés professionnels de Kelsy. Des photos qui lui ont permis d'accéder à la finale du casting, puis de remporter cette finale et de participer enfin au shooting Babybook organisé à Marrakech en mars 2015. Ensuite, tout est allé très vite...

Un shooting mode pour un magazine, une publicité télévisée pour une grande marque de piles et une apparition dans un film. La jeune carrière de Kelsy Moret ferait crever d'envie une foule de mannequins, modèles et autres comédiens en quête de renommée. Chronique d'une enfant remarquée et recherchée.

« L'événement le plus récent est cette publicité tournée en France », se souvient Aline. La maman de Kelsy doit déjà faie un effort pour ne pas confondre les souvenirs des différentes collaborations artistiques de sa fille. Après l'épisode Babybook, des amis de la famille leur ont parlé d'une annonce des plus laconiques sur Facebook : « Recherche petite indienne de 4 à 6 ans. ». « Nous n'avions aucune idée de ce dont il s'agissait, mais nous avons envoyé le look book réalisé par Babybook à cette agence parisienne ». Et l'affaire était dans le sac... de voyage, car le tournage pour cette marque de pile très célèbre devait se dérouler à Paris ». 

De retour, Kelsy dit à tous ceux qui veulent l'entendre : « J'ai payé des vacances à papa et à maman et on est allé à Paris ». Difficile pour ses interlocuteurs de la croire. « Et pourtant, c'est vrai », admet Aline. L'agence a assuré que la marque prendrait en charge tous les frais des Valaisans sur place. Difficile pour la famille de refuser une telle offre d'autant qu'ils n'ont jamais vu la Tour Eiffel en vrai. La tribu Moret n'hésite pas un instant et part donc en TGV un vendredi soir d'avril. Après une première nuit à l'hôtel, papa et maman voyaient dès le lendemain leur chérubin faire ses premiers pas dans le monde de l'audiovisuel. « Dans un studio où Jamel a fait son dernier film » précise la maman, ravie d'avoir pu fouler le même sol que le comédien et humoriste. Le tournage a duré de sept heures du matin à midi entrecoupé de pauses et de collations. Cinq heures de travail, trop long pour une si petite fille ? « Non parque je jouais », rassure d'emblée Kelsy. Parle-t-elle de son jeu d'actrice ou de véritables jeux d'enfant – le personnage qu'elle interprétait dans la pub était en train
de jouer à une console ? Sans doute des deux.

Le scénario de la pub destinée au marché asiatique est simple. Kelsy est attablée avec sa mère – elle-même comédienne – devant un jeu électronique tels ceux qui existaient dans les années 1980, c'est-à-dire relativement imposant. Puis c'est la panne ; le jeu n'a plus de batteries. Un lapin – on se demande bien de quelle marque il s'agit – apporte alors des piles qui permettront à son jeu de tenir plus longtemps.

Le reste de la journée sera consacré à la visite de Paris avant de repartir pour Martigny samedi soir. Et surprise ! À son retour, l'employeur de sa maman a un projet de court-métrage. Il l'a fait tourner et l'expérience se passe à nouveau bien. Le film devrait être diffusé sur la RTS et dans quelques festivals. À présent, il est temps de rentrer à la maison, de retrouver sa chambre donnant sur la montagne, ses copains.Ces derniers ne pourront pas la voir sur les écrans de la télé suisse, car le spot sera diffusé en Inde. Kelsy ne sait sans doute pas très bien ce que représente un public d'un milliard de personnes, mais on sent bien que c'est le baby de ses soucis. Elle est trop fière d'avoir pu offrir à ses parents un tour dans la capitale française. Elle a grandi.

BABYBOOK RAMPE DE LANCEMENT

Parmi les nombreux gagnants du casting Babybook, beaucoup rêvent de poursuivre une activité de modèle et apparaître dans des pubs voire dans des films. Le chemin pour y arriver n'est pas facile, mais heureusement passionnant. " Il ne fait pas oublier que les castings d'une part, ou tournages d'autre part, ont plus souvent lieu en semaine que les week-ends ", explique Maria Opuni, de l'agence Kaïzen à Lausanne. Or la majorité des parents ne veut pas déscolariser son enfant pour ce genre de projet.

En revanche certains parents persévèrent et " c'est pour cela que l'on retrouve souvent les mêmes enfants dans les publicités ". Autre difficulté pour les petits Suisses : beaucoup de choses se passent à Paris, cela complique évidemment et le planning et le budget. Les optimistes diront que certains obstacles renforcent la passion.

Lorsqu'on lui demande s'il y a un type d'enfants que les clients, les marques recherchent, Maria Opuni parle d'enfants mignons, sympathiques et à l'aise devant l'objectif. Soit le profil exact que Babybook emmène en shooting. L'expérience réussie de Kelsy est un bon encouragement.

Grégory Verger

Article paru dans Babybook KidsFashion Magazine Automne/Hiver 2015

Réagissez à cet article

Il vous faut tout d'abord vous connecter à votre compte Babybook (en haut à droite du menu)

Si vous n'êtes pas inscrit(e) sur Babybook, vous pouvez créer un compte en quelques clics, et serez immédiatement connecté(e) à votre compte Babybook.

Une fois inscrit(e) et connecté(e), vous pourrez revenir sur cette page afin de réagir à cet article.